21032868_2042029805810845_3231041068557054165_n

Des libraires aux bras longs

Un bel accueil de la part des libraires pour notre toute jeune pieuvre qui vient de s’installer avec modestie mais conviction dans les librairies où l’on défend une littérature à plusieurs voix en cette période pour le moins cacophonique. Voici quelques avis de ces libraires qui défendront Le grand amour de la pieuvre signé Marie Berne :

Un livre vraiment beau et sensuel.
Philippe, Le Divan, Paris

Étrange et fabuleuse histoire où l’on ressent le spectre d’influence d’Alfred Jarry et de Boris Vian, car Marie Berne écrit avec une créativité peu commune.
Thomas, Ombres blanches, Toulouse

Quelle idée magnifique! Quelle réussite !
Pierre, Mollat, Bordeaux
Un texte envoûtant, poétique, abyssal.
Valérie, Au Brouillon de culture, Caen
Une vibrante symphonie aquatique contée par la voix d’une pieuvre: la rencontre de l’homme et de la bête, le récit d’un amour impossible.
Julie, Le square, Lourdes
Quelle pieuvre !
Élodie, La Baignoire d’Archimède, Brive
 
Mais quel livre fabuleux ! Je le recommande vivement aux amateurs de poésies, d’invertébrés, aux découvreurs, à qui veut se laisser emporter par la beauté d’un texte quitte à se perdre.
Swann, L’Hirondaine, Firminy
L’écriture est lyrique et déliée, et les mots coulent d’eux-mêmes dans ce texte entre roman, théâtre et poésie. Émouvante dans l’expression de la dévotion de la pieuvre pour son amoureux, ou dans le déclin, les passions, remords ou désirs de gloire de l’humain, cette lecture ne laissera personne indifférent.
Ségolène, La Soupe de l’espace, Hyères.
Chouette découverte, belle écriture, élégante et travaillée sans être trop pompeuse ni clichée, sujet captivant et tortueux… Pour sûr c’est un premier coup très réussi.
Myriagone, Angers