Ce monde est nôtre

En un temps où, pour lutter contre un terrible prédateur, les humanités de milliers de galaxies se sont fédérées au sein d’une Ligue, il revient à des coordinateurs qui traversent l’espace de visiter les planètes où une guerre menacerait l’intégrité de ses habitants. Sur Nérat, trois populations cohabitent et s’affrontent : aux indigènes sont venus s’adjoindre des exilés de la Terre, les Vasks, tenants d’une antique civilisation, puis les rescapés d’une expédition qui ont colonisé, en une poignée de siècles, une grande partie des continents habitables. Pour la Ligue des Terres Humaines, la Loi d’Acier impose d’évacuer les moins légitimes de ces peuples qui ne cessent de se mépriser quand ils ne s’affrontent pas. Mais quand chacun prétend « ce monde est nôtre », qui choisir ?

Space opera  superbe qui sait marier les ingrédients du genre à une réflexion profonde sur le devenir des peuples, ce roman, qui parut en 1962, tient la dragée haute aux productions américaines de l’époque.

Il est temps d’en redécouvrir les charmes et de s’abandonner aux plaisirs romanesques d’un grand nom de la science-fiction française qui manie la plus savoureuse ironie tout en parlant à notre cœur aventureux.