HOUAT-COUVERTURE
CLIQUEZ SUR L'IMAGE
POUR FEUILLETER LE LIVRE

Les marrons

Louis-Timagène Houat

« Il y a des maîtres, dont vous avez entendu parler sans doute, et qui, tels que le mien, leur coupent le corps à coups de rotin, comme à coups de coutelas… qui les chargent de chaînes et les font mourir à petit feu au courbari et dans les cachots… qui leur cassent les os d’un membre sans regret, leur brûlent la figure avec des tisons, la leur écrasent à coups de pieds… qui leur font cracher au visage par toute une bande, avaler tout ce qu’il y a de plus sale au monde, arracher les cheveux, les dents, couler de l’huile bouillante dans la bouche…
— Assez ! assez ! s’il vous plaît ! s’écria la jeune blanche en témoignant la plus vive horreur. »

Avec Les Marrons (1844), livre oublié et premier roman connu édité à La Réunion, L.T. Houat s’attaquait à un sujet sensible, les horreurs de l’esclavage : il le fit avec une ferveur et une fureur qui bouleversent encore aujourd’hui.

Un moment remarquable de l’histoire de l’anti-esclavagisme, sous la plume d’un fervent apologiste du métissage.


PRESSE
PRESSE