Auprès de Blondin

Antoine Blondin était aussi un coureur de fond de la lecture. Il a pris le temps en 1977 de rassembler sous la couverture de Certificats d’études paru à La Table ronde, ses textes sur les écrivains qui lui étaient chers. Parmi eux, un souvenir d’enfance, O.Henry, conseillé par son père qui n’y voyait pas malice et qui devint un peu son frère, “ce rejeton turbulent d’un marchand de cochons du Texas”. Pour ouvrir notre édition de huit nouvelles du grand nouvelliste américain qui paraîtra en mars, nous placerons en ouverture “O.Henry, nous voilà !”, une des plus jolies contribution à la redécouverte d’un auteur qui n’était pas qu’un humoriste, simplement un grand écrivain.