Nocturne asiatique

« J’ai été injuste envers la Nuit. J’aime la Nuit et je passe mon temps à la diffamer, j’en viens même au crime de prendre des somnifères pour combattre l’insomnie — mon unique bien. La Nuit est la tunique qui me va comme un gant, comme son linceul à un cadavre, ou — puisque je suis sur le terrain des comparaisons — comme des lunettes noires à un aveugle de naissance, en plein midi. »  Walter Campos de Carvalho, La lune vient d’Asie, parution en avril 2019