CLIQUEZ SUR L'IMAGE
POUR FEUILLETER LE LIVRE

Ouvrage à paraître, épuisé ou indisponible à la vente sur internet…

Sine die

Éric Chevillard

Que se passe-t-il quand un écrivain, par nature voué au confinement quotidien, se voit rejoint par l’ensemble d’une population qu’on invite à rester cloîtrée ? Au pire il écrit ce qui lui arrive pour constater que ses congénères font comme lui et se racontent à grand renfort d’adjectifs égotistes et d’évidences narcissiques.

Engagé dans L’Autofictif depuis treize ans, Éric Chevillard a pris l’habitude de concentrer en quelques phrases l’expérience d’une journée ou d’un moment, faisant d’une contrainte une stimulation. Avec Sine die (à l’origine à une commande du journal Le Monde venue se greffer à l’entreprise journalière), il réinvente le reportage immobile, le voyage autour de ma chambre (et mon jardinet), il s’amuse à voir son univers si habituellement balisé éclater en bulles inattendues, laissant venir à lui de dérisoires mais souvent hilarantes épiphanies.

François Ayroles a souvent remis au lendemain l’idée de trouver un pendant dessiné à ces textes sans foi ni loi avant de se lancer, sans filet et à l’encre fine.