CLIQUEZ SUR L'IMAGE
POUR FEUILLETER LE LIVRE

Ouvrage à paraître, épuisé ou indisponible à la vente sur internet…

L’homme qu’on appelait Jeudi — Un cauchemar.

Gilbert Keith Chesterton

L’homme qu’on appelait jeudi ; un cauchemar (The Man Who Was Thursday : A Nightmare) paru en 1908 est le plus célèbre « thriller métaphysique » de Chesterton. Sa traduction (de 1911…) méritait sérieusement un rajeunissement, d’autant qu’il manquait des passages… Ce roman est considéré comme une œuvre charnière du XXe siècle, entre Lewis Carroll et Kafka ou Borges qui d’ailleurs le vénérait.
Plus qu’un roman policier, il s’agit aussi d’un roman d’aventure, d’une sorte de vaudeville, d’apologue, de variation philosophique et humoristique qui en fait un objet littéraire inclassable et qu’on peut lire à plusieurs niveaux. Autour d’un mystérieux complot anarchiste, Gilbert Keith Chesterton tresse un entrelacs de rebondissements qui surprennent et ravissent.
 
« Je pense que Chesterton est l’un des premiers écrivains de notre temps et ceci non seulement pour son heureux génie de l’invention, pour son imagination visuelle et pour la félicité enfantine ou divine que laisse entrevoir chaque page de son œuvre, mais aussi pour ses vertus rhétoriques, pour sa pure virtuosité technique ».
— Jorge Luis BORGES

« Cet homme était un génie colossal »
— George Bernard SHAW

« D’après le témoignage de son jeune admirateur et ami, Gustav Janouch, nous savons avec quel enthousiasme Kafka avait lu The Man Who Was Thursday (« Le nommé Jeudi ») qui, effectivement, est entre tous les romans de Chesterton le plus accompli, le plus profond et le plus troublant. »
— Simon LEYS

« viens de lire l’extraordinaire Jeudi de Chesterton »
— journal de Raymond QUENEAU