Michel Bernanos

Michel Bernanos, né le 20 janvier 1923 à Fressin et mort le 27 juillet 1964 dans la forêt de Fontainebleau, se considérait autant poète que romancier. Il a réussi à imposer son prénom grâce à une oeuvre dont il n’aura jamais pu mesurer la portée, ses titres principaux ayant été publiés après son suicide. Quatrième enfant de Georges Bernanos, il vécut avec lui l’épopée brésilienne qui vit la famille s’essayer à l’élevage. Il découvrit, en parcourant les grands espaces à cheval, l’infinie beauté de ce continent qui nourrira toute son oeuvre. Engagé dans les Forces Navales Libres dès 1940, il fera le débarquement avant de revenir au Brésil dans une plantation d’hévéas.

Se lançant dans l’écriture, il choisit les pseudonymes de Michel Talbert et Michel Drowin pour ses oeuvres policières et fantastiques.

On lui doit notamment un cycle fantastique et initiatique inspiré par ses deux séjours outre-Atlantique entre 1938 et 1948, centré autour du roman La Montagne morte de la vie édité par Jean-Jacques Pauvert en 1967. S’y adjoignent Le Murmure des Dieux (1964) et L’envers de l’éperon (posthume, 1984) tous deux publiés à La Table Ronde et réédités prochainement à L’Arbre vengeur.

Le conte Ils ont déchiré Son image… devait compléter l’ensemble ; il ne paraîtra qu’en 1982 et sera repris dans le recueil La forêt complice (le castor astral, 1987).

mb-b
bernanos-couverture