Éric Dussert

Lecteur aratoire, orpailleur ou archéologue aléatoire, Eric Dussert (né en 1967) s’est consacré jusqu’à présent à la lecture et à la réédition d’œuvres négligées. A travers son activité de critique et d’éditeur, il s’est attaché à relever les stèles d’oeuvres qui, lestées de silence, étaient restées dans l’ombre, embroussaillées. On lui doit notamment Une forêt cachée/Une autre histoire littéraire 156 portraits d’écrivains oubliés et Cachées par la forêt, 136 femmes de lettres oubliées qui ont paru tous deux à La table Ronde (2013 et 2018) et ont rencontré un joli succès. On lui doit également Les 1001 vies du livre (Vuibert) et La Littérature est mauvaise fille (L’Atelier du gué). On chuchote qu’une paire d’essais et même un roman seraient en cours. On ne compte plus ses contributions sous forme de préfaces, postfaces, introductions et autres interventions dans la presse, depuis le Monde diplomatique jusqu’à la Quinzaine en passant par le Matricule des Anges dont il est un pilier historique.
Il dirige la collection L’Alambic à L’Arbre vengeur depuis 2007 : il y a édité Loys Masson, Marc Stéphane, Léo Lipski, Léon Bonneff, M.C.Sherriff, René Dalize (avec un livre jamais édité), Jean Duperray, Théo Varlet, Gaston Chérau, André de Richaud, Francis de Miomandre, Albert-Jean et même un premier roman signé Rayas Richa, sans oublier François Caradec…